Uncategorized

L’entretien des chaussées en latérite

Les chaussées en latérite, tout comme les autres chaussées, nécessitent un entretien régulier. La particularité de ces chaussées non revêtues, mais accueillant un trafic parfois important, impliqué quelques précautions afin de garder un niveau de service adapté à la circulation.
L’entretien commence….. à la construction ! Le profil en travers doit avoir une pente minimum de 2% et la chaussée ne doit pas être exagérément large. Ce point ne veut pas dire grand-chose, mais il faut retenir que plus la route est large, moins il est aisé d’avoir un profil marqué permettant le ruissellement des eaux de pluie. Il faut considérer une largeur de 6 à 8 m maximum. Au-delà, il faut envisager une chaussée revêtue.
Ensuite, il faut garder à l’esprit de procéder à un entretien par « rechargement », et ne pas couper le remblai. Il est courant de faire cette erreur car plus simple. Mais en « coupant », il est difficile de conserver le profil en travers au-dessus des exutoires. La route à tendance à s’en caisse et donc ne plus permettre l’évacuation des eaux de pluie.
Dernier point important, il ne faut pas oublier d’entretenir les fossés et exutoires. Sans eux point de salut pour évacuer les eaux de pluie. Le curage régulier, l’enlèvement des branchages et autres obstruction des buses d’équilibre ou dalots sont primordiales.
Bref, une chaussée en latérite demande un entretien consciencieux et régulier pour garder un niveau de service élevé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *